Pendant trois jours, notre théâtre se métamorphose en grand labo collaboratif. Artistes, savants, citoyens actifs et joyeux bricoleurs se croisent au Grand T, au plateau comme au jardin, pour expérimenter avec le public de nouvelles façons de vivre et de penser. Prêts pour un changement d’ère ? Nous entrons dans l’Anthropocène.

Pourquoi Tous Terriens ?

On nous dit que nous sommes passés à l’Anthropocène, une ère qui consacre l’avènement de l’homme comme première force d’évolution géologique de la planète – et plutôt pour le pire que pour le meilleur. Alors, il est plus que temps de nous débarrasser de nos oripeaux d’humain supérieur et de devenir définitivement Terriens, corps et âme avec la planète.

En juin 2016, tout se passera au Grand T comme si on avait déjà sauté le pas : sur le grand plateau du théâtre, la COP 28 bat son plein (Kyoto Forever 2 de Frédéric Ferrer). Dans le jardin, les gens sont devenus végétariens et locavores. Avec Le Dictionnaire portatif de l’Anthropocène, les scientifiques jouent les lanceurs d’alerte (Christophe Bonneuil). On partage ses savoirs dans des fablabs (PiNG), on recycle et on répare, on danse sa nouvelle vie (Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi), on raconte ses initiatives low tech dans Le Petit Bazar des Solutions (Didier Ruiz). Les enfants jouent à des Anthropogames, et fabriquent des hôtels pour les insectes. Il y a même un plancher de bal où l’on fêtera ça le moment venu. Mais fini les carburants fossiles ! Toute l’énergie nécessaire au DJ set de French Tourist sera fournie par une escouade de cyclistes plus ou moins entraînés, coachés par Sébastien Barrier.

Nous avons imaginé Tous Terriens, la dernière née de nos Attractions, avec le Muséum d’histoire naturelle de Nantes et l’association PiNG. Christophe Bonneuil en a été le chef d’orchestre scientifique et Sébastien Barrier l’empêcheur de trop penser en rond. Tous Terriens s’est inventée au fil des rencontres avec une multitude d’acteurs de la société civile et grâce aux contributions en compétences, en idées et en finances des entreprises mécènes. 100% co-construite, elle a mobilisé l’énergie et la créativité de toute l’équipe du Grand T dans un dialogue permanent avec ses partenaires.

Catherine Blondeau
Directrice du Grand T, théâtre de Loire-Atlantique

 

Qu’est-ce que l’Anthropocène ?

L’ Anthropocène exige de repenser la liberté et la démocratie dès lors qu’il n’est plus possible de s’abstraire de la nature. Comment fonder la liberté humaine autrement que comme arrachement aux déterminations naturelles ? Quel infini nous reste-t-il dans un monde fini ? Comment refonder l’idéal d’émancipation et l’engagement politique quand s’évanouit le rêve de l’abondance matérielle ? La crise climatique questionne les agencements politiques modernes, historiquement construits sur le charbon et le pétrole : comment désormais repenser la démocratie en même temps que les métabolismes sur lesquels elle repose ? Peut-on envisager la pénurie comme une opportunité de renouveau démocratique plutôt que de retour à la barbarie ou au totalitarisme ? Accepter l’irruption de la nature en politique signifie-t-il donner le pouvoir aux scientifiques ou appelle-t-il au contraire une critique de la technique et l’abandon d’une posture de maîtrise de la Terre ?

Comprendre ce qui nous arrive avec l’Anthropocène requiert de mobiliser tous les savoirs, ceux des savants et ceux de l’ensemble des acteurs de la société qu’ils soient entrepreneurs responsables, associatifs, paysans, ou artistes. Car cette espèce humaine qui s’est plongée dans le devenir incertain de l’Anthropocène, c’est d’abord des façons de vivre, des institutions, des représentations et des systèmes d’idées qu’il convient de questionner ensemble. C’est aussi des rapports de pouvoir qui régissent une distribution socialement inégale des bienfaits et des méfaits de notre Terre mère, des choix techniques et économique à discuter entre citoyens.

Christophe Bonneuil

 

L’anthropocène en vidéo :

 

Plus de ressources sur notre Scoop.it :