Ce qui m’est dû

Héloïse Desfarges & Antoine Raimondi / La Débordante Compagnie

« Je me demande si, quand je suis née, quelque chose m’était dû ». Que nous doit-on ? De quoi sommes-nous redevables et à qui ? Avec le comédien Antoine Raimondi, Héloïse Desfarges signe un dialogue chorégraphique et théâtral où mots et gestes portent en un seul mouvement, une prise de conscience, un engagement.

Héloïse Desfarges sait depuis l’enfance que les réponses aux questions existentielles qu’elle se pose se trouvent dans son corps, avec la danse comme évidence, comme élan vital. Si intime soit-elle, la parole portée par cette fille de 1980 est celle d’une génération née sur les ruines de l’illusion « qui prend de plein fouet la finitude du monde ». Écrite à six mains avec Antoine Raimondi et Jérémie Bergerac, cette auto-fiction se fonde sur son histoire de femme, danseuse et militante : « C’est mon histoire dans cette société, mon histoire pour changer ma vie et cette société. C’est l’une de nos histoires ». Elle grandit « dans un monde parfait », celui qui peut ignorer les saisons. Elle travaille dans la publicité, elle consomme les biens convoités par chacun. Elle fait et a ce qu’il faut faire et avoir. Peu à peu, « l’écart entre ce que je pense et ressens, et ce que je vis est devenu insupportable ». Elle ne veut et ne peut plus. Alors à 23 ans, celle qui a toujours aimé danser, décide d’en faire son métier. Elle gagne moins, négocie son mode de vie et profite plus. Mais la violence du monde déversée par la radio l’ensevelit. En 2008, elle assiste à une conférence de Jean-Marc Jancovici, polytechnicien, consultant et concepteur du Bilan Carbone, spécialiste et vulgarisateur des questions relevant de l’énergie et du climat. C’est un choc : « Je cherche à comprendre pourquoi nous continuons à foncer droit dans le mur en chantant à tue-tête pour couvrir les bruits du moteur ».

« Nous sommes […] dépossédés des outils nécessaires pour participer à la construction de notre société. […] Comment déposer sur mon corps la crise écologique, économique et humaine qui nous traverse et que nous traversons ? J’essaye. » Puisant dans les pensées de Naomi Klein, André Gorz, du Comité Invisible ou du Groupe Marcuse (Mouvement Autonome de Réflexion Critique à l’Usage des Survivants de l’Économie), le duo activiste artistique et écologique témoigne d’une alternative politique. De la ZAD à la COP, ils traversent les territoires du débat et récoltent les discours entendus, de la pharmacienne au Président. Leurs mots et mouvements sont une alchimie rythmée, qui repose sur la connivence. La danse s’oralise, le verbe s’incarne et le spectateur s’identifie. « Sondant dans une histoire individuelle les potentialités universelles de remise en question d’un système global », ils invitent à la responsabilité consciente, à une créativité lucide.

La Débordante Compagnie
En 2007, la Débordante Compagnie voit le jour avec un solo : Il ne faut pas confondre la tête et les fesses, créé et dansé par Héloïse Desfarges. Intense combat entre une femme et ses vêtements, ce striptease burlesque et libérateur dessine les premiers traits de la compagnie. La rue sera le terrain de jeu pour la deuxième pièce de la débordante : Lélevla en 2008, spectacle sur le hasard, les rencontres et le rythme, pour 6 interprètes.

Associant corps et questionnement politique, sans se cantonner à un format ou un genre précis, la compagnie est protéiforme : les pièces alternent espace public (Lélevla, Dispersion - 2012, Rassemblement - 2015) et espace scénique (Il ne faut pas confondre la tête et les fesses, Vite elles mentent, Mal(e), Ce qui m’est dû - 2014, Moi la fin du monde le prix de l’essence et le temps qu’il fera - 2012). En fonction des rencontres et des inspirations, les projets privilégient une écriture chorégraphique précise ou laissent la place à l’improvisation ; sont parfois textuels, parfois purement physiques ; ou tout à la fois.

Au sein de l’équipe, une douzaine de personnes, l’accent est mis sur la construction de relations de confiance, créatives et dynamiques et de longue durée. Chacun apporte ses connaissances : tango, taï chi, qi gong, yoga, gyrokinesis, astrophysique, sciences climatiques, acrobatie, danse contact improvisation, flying low, sciences dures et sciences molles... La compagnie intervient auprès des publics sous forme de stages, d’ateliers ou de conférences. Concernée par le changement climatique,
La Débordante Compagnie  ne se déplace jamais en avion.

Retour à la programmation

 

 

THÉÂTRE & DANSE

SA 18:00
DI 15:00
L'ESPLANADE
45 min

Avec Héloise Desfarges, Antoine Raimondi / Écriture Héloise Desfarges, Antoine Raimondi, Jérémie Bergerac / Mise en scène Jérémie Bergerac

Production BIS / Avec le soutien de Collectif Curry Vavart - Paris, le Jardin d’Alice – Montreuil, Animakt - Saulx-les-Chartreux