Humus FM

Marie-Laure Crochant, Éric Watt, Alexis Fichet et Stéphane Fromentin / La Réciproque

Humus FM émet ses débats sur les ondes du XXIe siècle. Un animateur intransigeant et deux spécialistes incertains disputent l’avenir de la planète et l’Alternative ambiante, observée par le jardinier philosophe Gilles Clément. Jingle pop et joutes verbales rythment la parodie délirante de savants en pleins ébats radiophoniques. Dans cette performance inédite, la compagnie nantaise La Réciproque condense la pensée et déconcentre le sujet pour énoncer quelques vérités de notre temps.

Des fauteuils de rondins de bois et trois micros mousse : Humus FM est une radio mobile, lien entre Terre et Homme. Dans ce programme spécialement conçu pour Tous Terriens, un médiateur invite deux vrais/faux conférenciers : l’un plutôt pronucléaire, et l’autre, ardent défenseur d’une alternative ambiante. Qu’est-ce que l’Alternative ambiante ? Le terme proposé en 2009 par le paysagiste et écrivain Gilles Clément dans un article consacré à l’écologie pour Les Carnets du paysage, il désigne les initiatives citoyennes mises en place aujourd’hui pour rompre la mécanique infernale : « L’Alternative ambiante regarde du côté de la décroissance sans y adhérer tout à fait, se détourne du Green business jugé excessif et, plutôt que d’espérer un quelconque salut venant des élus de la République, se place dans l’expectative en interrogeant les incidences possibles de l’effet papillon : […] L’humanité incrédule, tour à tour endormie par les médias et réveillée par la crise, tente de nouvelles pistes de vie en terrain inconnu. Tout est à inventer, tout semble nouveau, il nous faut regarder le monde autrement. » (Gilles Clément). Au cours de la vraie-fausse émission de radio orchestrée par Humus FM, les propos de Gilles Clément alternent avec des pensées des auteurs de l’Anthropocène et de la prospective scientifique comme les historiens des sciences américains Naomi Oreskes et Erik Conway. Dans L’Effondrement de la civilisation occidentale (Éditions Les Liens qui libèrent, 2014), essai science-fictionnel, ils analysent depuis la Chine de 2093 les raisons de l’incapacité à conjurer les catastrophes du XXe siècle pourtant annoncées par le GIEC. Les auteurs conçoivent deux hypothèses expliquant l’inertie – actuelle donc – de la civilisation occidentale : le positivisme et le fondamentalisme de marché. Le débat érudit, même parodique, s’annonce passionné.

La Réciproque oralise les écrits des savants qui l’inspirent, ouvre les concepts et avec eux, le débat. La réflexion de Gilles Clément, irrigue le travail de ces artistes trentenaires pluridisciplinaires. Éric Watt réalise en 2010 un court-métrage, Éloge de l’Arbre, discussion documentaire, fictionnelle et fantastique entre le théoricien du Jardin planétaire et le docteur en biologie Francis Hallé, concepteur du Radeau des cimes et dénonciateur du massacre des forêts primaires. La Réciproque convie également le paysagiste sur la scène de sa dernière création Direct (État des lieux provisoires) en février 2015 au TU-Nantes. Prolongeant leur démarche, La Réciproque commande à Alexis Fichet Climat Centrale, un récit hybride et utopique sur le devenir du monde pour lequel il reçoit en 2013 une bourse du Centre National du Livre. En 2013, inspiré notamment par Bruno Latour, ce dernier avait réalisé Oralieu, archipel de cinq performances, descriptions orales de cinq lieux du monde.

La Réciproque
Fondé en 2012 à Nantes par les comédiens Marie-Laure Crochant et Simon Le Moullec en compagnie du musicien Stéphane Fromentin, le groupe La Réciproque crée cette même année Dans la solitude des champs de coton, variation(s) d’après Bernard Marie-Koltès mis en scène par Marie-Laure Crochant. En 2014, La Réciproque crée Direct (État des lieux provisoire) au TU-Nantes avec le vidéaste Eric Watt et Climat Centrale (Maquette) avec l'auteur Alexis Fichet. La Réciproque se dit de deux propositions qui sont telles que chacune d’elles se déduit de l’autre comme conséquence nécessaire : le groupe  travaille ainsi par perméabilité et réciprocité. Le groupe se fait témoin de son siècle à travers les œuvres scéniques, plastiques, graphiques, filmiques ou littéraires qu’il crée. Le groupe travaille aujourd’hui à la création de Regarde les lumières mon amour d'après Annie Ernaux, portrait subtil et sensible du monde de l’hyper-consommation, prévue pour l'automne 2016 au Grand T. Il développe également une performance de « film représenté » avec éric Watt autour du roman Les Buddenbrook de Thomas Mann.

 

Retour à la programmation du festival

THÉÂTRE

SA 20:30
DI 12:00
LE RESTAURANT
30 min

Conception et mise en scène Marie-Laure Crochant et Éric Watt / Direction d'acteurs Marie-Laure Crochant / Avec Clotilde Ramondou, Éric Watt et Alexis Fichet / Mise en ondes et en son Stéphane Fromentin / Fidèlement inspiré de L’Alternative Ambiante de Gilles Clément (Sens&Tonka, 2014) et de L’Effondrement de la civilisation occidentale de Naomi Oreskes et Erik M.Conway (éditions LLL, 2014)

Production Groupe La Réciproque-Grand T-Nantes / Production et diffusion Charles-Eric Besnier / Remerciements Gilles Clément, Simon Le Moullec, Bertrand Salanon, Giuseppe Molino.

YLM_8726©La Réciproque