Christophe Bonneuil
Historien, chercheur au CNRS
Commissaire scientifique de Tous Terriens

C’est quoi, l’Anthropocène ?

« L’ Anthropocène exige de repenser la liberté et la démocratie dès lors qu’il n’est plus possible de s’abstraire de la nature. Comment fonder la liberté humaine autrement que comme arrachement aux déterminations naturelles ? Quel infini nous reste-t-il dans un monde fini ? Comment refonder l’idéal d’émancipation et l’engagement politique quand s’évanouit le rêve de l’abondance matérielle ? La crise climatique questionne les agencements politiques modernes, historiquement construits sur le charbon et le pétrole : comment désormais repenser la démocratie en même temps que les métabolismes sur lesquels elle repose ? Peut-on envisager la pénurie comme une opportunité de renouveau démocratique plutôt que de retour à la barbarie ou au totalitarisme ? Accepter l’irruption de la nature en politique signifie-t-il donner le pouvoir aux scientifiques ou appelle-t-il au contraire une critique de la technique et l’abandon d’une posture de maîtrise de la Terre ?

Comprendre ce qui nous arrive avec l’Anthropocène requiert de mobiliser tous les savoirs, ceux des savants et ceux de l’ensemble des acteurs de la société qu’ils soient entrepreneurs responsables, associatifs, paysans, ou artistes. Car cette espèce humaine qui s’est plongée dans le devenir incertain de l’Anthropocène, c’est d’abord des façons de vivre, des institutions, des représentations et des systèmes d’idées qu’il convient de questionner ensemble. C’est aussi des rapports de pouvoir qui régissent une distribution socialement inégale des bienfaits et des méfaits de notre Terre mère, des choix techniques et économique à discuter entre citoyens. »

Christophe Bonneuil est historien, chargé de recherche au CNRS – Centre Koyré de Recherche en Histoire des Sciences et des Techniques depuis 1998, et enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Titulaire d’une maîtrise de biologie cellulaire et moléculaire (ENS) et d’un Doctorat en histoire, ses recherches portent sur les rapports des sociétés et du vivant du XIXe siècle à aujourd’hui. Christophe Bonneuil dirige la collection interdisciplinaire Anthropocène sur les enjeux socio-écologiques globaux, aux éditions du Seuil.

Bibliographie sélective
The Anthropocene and the Global Environmental Crisis, avec C. Hamilton et F. Gemenne, Routledge, 2015
L’événement Anthropocène – La Terre, l’histoire et nous, avec J-B. Fressoz, 2013
Une autre Histoire des Trente Glorieuses, avec C. Pessis et S. Topçu, Seuil, 2013
Gènes, pouvoirs et profits, avec F. Thomas, Seuil, 2009

 

Sébastien Barrier
Comédien, bonimenteur expert en extraction poétique
Artiste associé au Grand T

Un parvis de témoignages et d’expériences, une assemblée de controverses, d’initiatives et de propositions, dans le théâtre et autour. C’est, j’imagine, ce à quoi ressemblera Tous Terriens. Deux jours de foire bien de notre temps. Et pas si bien dedans. Je tâcherai, en aboyeur et camelot attentif à nos présences, de vous guider et vous accompagner, du Fablab à la COP, du micro-salon de vignerons naturels à la cuisine de vers de farine, de l’éminent point de vue d’un scientifique à l’installation éphémère et « plastique ». Je tenterai aussi, toujours armé d’un micro, de vous faire pédaler pour produire – tout en vous en faisant dépenser – de cette précieuse énergie qu’il va bientôt nous manquer. J’essaierai de mailler entre eux les fils qui feront l’écheveau de cette proposition réflexive et multiforme, de contribuer à nous faire communauté, attentive et menacée, des questionnements que tous – chacun à notre manière – nous viendrons partager le temps d’un weekend de fin du monde joyeux et plein d’espoir. 

Le ré-animateur
Le weekend sera rythmé par les prises de paroles de Sébastien Barrier. Il assistera en spectateur impertinent mais bienveillant à la savante soirée d'ouverture. C'est aussi lui qui lancera le premier round de la Cyclo-Party  du samedi dont il coachera les pédaleurs tout le weekend. Il passera pas mal de temps auprès de ses invités, Thierry Puzelat, Jacques Carroget et Marc Pesnot, vignerons et personnages de son spectacle devenu livre, Savoir enfin qui nous buvons, à commenter sa conversion aux vins nature et à ceux qui le font. Il sera le contre-maître des 12 travaux ridicules réalisés par les pédaleurs du dimanche. Tout le weekend, il se déplacera d'un coin à l'autre du jardin du Grand T, à commenter en direct ce qui s'y passe. On le repérera au triporteur-sonorisateur à pédales qui le suivra partout, pour lui permettre tous les impromptus possibles et souhaitables en cas d'urgente nécessité de ré-animation du festival.  Il lui reviendra de clore rituellement Tous Terriens le dimanche, sous forme d'une Extraction non filtrée entièrement improvisée.

Retrouvez Sébastien Barrier tout au long du weekend :
Soirée d’ouverture - vend. 18:30 > 23:30
La Cyclo-Party : Défi-Cycle ?  - sam. 15:00, 16:00, 17:00, 18:00, 19:00, 22:00
Aux vins naturels - sam. 15:00 > 19:00 | dim. 12:00 > 17:30
La Cyclo Party : Les douze travaux ridicules du dimanche - dim.  11:30, 13:00, 14:30, 17:20
Extraction non filtrée - dim. 18:00

Comédien, auteur et performeur, Sébastien Barrier met en œuvre des tentatives d'écriture orale documentées, des prises de parole perméables aux contextes qui les accueillent. Au point que la restitution des fruits de l'observation de ces contextes devient parfois la matière de l’intervention même : en mars 2015, il restituait ainsi l’Attraction Nous Autres en compagnie de l’historien Patrick Boucheron par une Extraction non filtrée extra-subjective. Il met au monde en 2005 Ronan Tablantec – marin-prêcheur livrant ses carnets de voyage oraux entre fiction et réalité. Il commence alors ce processus d'enquête et d'écriture foutraque qui constitue la trame de ses travaux. En 2007 il cofonde le GdRA, compagnie mêlant arts scéniques et anthropologie. Il rencontre en 2009 quelques vignerons naturels du Val de Loire et commence à boire autrement, suffisamment pour décider de leur consacrer un spectacle. Depuis 2013, Savoir enfin qui nous buvons, aujourd’hui encore en tournée, tente de rendre compte de leurs parcours au fil d'une dégustation fleuve de sept heures. Depuis 2015, Sébastien Barrier est artiste associé au Grand T, théâtre de Loire-Atlantique. Il crée cette même année, aux côtés du guitariste Nicolas La- fourest et du dessinateur Benoît Bonnemaison-Fitte, Chunky Charcoal, poème graphique, textuel et musical sur la perte et la perdition.

 

Julien Bellanger
Fondateur de PiNG et expert en culture numérique
Commissaire alternatif de la manifestation

Pour Tous Terriens, PiNG animera un atelier des possibles invitant chacun à expérimenter de nouvelles façons de créer, fabriquer, partager : transformer des jouets pour enfants en instruments, réparer des objets informatiques/électroniques, découvrir l’univers des fablabs, échanger et se documenter, croiser les récits et composer les savoirs. Omniprésence du numérique, accélération des techniques, usages en constante évolution... Depuis dix ans, l'association PiNG anime des espaces d'exploration et de médiation autour des pratiques numériques et cultures émergentes. À travers ses différentes activités, l'association interroge et décrypte les technologies/techniques numériques et leurs impacts sur notre environnement.

Développeur de projets artistiques, culturels et techniques, Julien Bellanger co-fonde en 2004 l’association nantaise PiNG, plateforme d’exploration des pratiques numériques qui ouvre le Fablab Plateforme C en 2013. Depuis une dizaine d’années, engagé dans le croisement arts/sciences/technologies et sociétés, il développe, principalement au sein de l’association PiNG, des performances et productions artistiques et organise des évènements culturels coopératifs. Très actif sur le territoire nantais, il collabore avec le Musée et l’École des Beaux-Arts, l’École de Design, l’Olympic – Festival Scopitone, Les Utopiales ou le Château des Ducs – Muséomix. Il mène également de nombreuses actions pédagogiques : workshops, rencontres et interventions sur la question de l’innovation – numérique et technique mais aussi sociale et culturelle - et intervient régulièrement lors de rencontres internationales en France ou à l’étranger. Intéressé par le décryptage du terme Anthropocène dans sa capacité à rendre compte des récits des changements climatiques et des choix technologiques historiques, il met en place en 2015 au lieu unique lors de l’événement 0CAMP des résidences numériques reposant sur un socle inédit : l’essai de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’Événement Anthropocène. Durant ces temps de recherche, dans ces espaces de création culturelle, des chercheurs, des artistes et des citoyens ont pu partager leurs expériences.

 

Philippe Guillet
Directeur du Muséum d’histoire naturelle de Nantes

Le Muséum d’histoire naturelle de Nantes est un musée de sciences dont la vocation est de faire découvrir et de comprendre le monde naturel dans lequel nous vivons, il est porteur des interrogations de la société sur les sciences et leurs développements technologiques et sur l’avenir de la planète. C’est à ces titres tout à fait fondamentaux que le muséum se devait d’être partenaire de Tous Terriens.

Docteur en Sciences de la Terre, Ingénieur de recherche (Enseignement supérieur et Recherche), Philippe Guillet est directeur du Muséum d’histoire naturelle de Nantes depuis octobre 2013. Auparavant, il fut notamment, de 1988 à 2007, directeur de l’Office de coopération et d’information muséales (OCIM), il y assure son développement tant en matière d’édition qu’en matière de formation continue, de documentation, d’assistance technique et de partenariats internationaux. Il a dirigé le Muséum d’Orléans de 2007 à 2013. Il préside l’Association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (AMCSTI) depuis 2012, association qu’il a déjà présidée de 1996 à 2000 et dont il a été vice-président jusqu’en 2007. Intervenant dans de nombreuses conférences en France et à l’étranger, membre de plusieurs comités scientifiques et éditoriaux, Philippe Guillet est aussi administrateur de la section française du Conseil international des musées (ICOM) après avoir été secrétaire général et vice-président.

 

Catherine Blondeau
Directrice du Grand T, théâtre de Loire-Atlantique

Un théâtre vivant ouvre sa boîte noire aux vents du monde. Et ce monde est pris aujourd’hui dans une révolution aussi puissante que le furent en leur temps l’invention de l’agriculture, de l’imprimerie ou de la machine à vapeur, qui changèrent de fond en comble nos manières de vivre et de penser. Temps agités, temps de frayeur mais aussi temps d’imagination débridée. Tout est à réinventer dans un monde fini aux ressources limitées : nos façons de travailler, de vivre ensemble, de nous déplacer, de manger – de créer et de partager l’art et la culture, aussi.

Comment un théâtre pourrait-il passer à côté de ce formidable bouillonnement des imaginaires ? Dans ce monde en transition, Le Grand T vit la sienne. Son équipe est prête à en faire un théâtre durable et citoyen, conscient de sa responsabilité sociétale, et à associer à ce tournant tous ses usagers. Le sérieux de la démarche n’empêche ni d’être créatif ni de s’amuser. Au contraire.

Avant de prendre la direction du Grand T en janvier 2011, Catherine Blondeau a été successivement Maitre de Conférences en littérature française à l’université de Rouen, attachée culturelle en Afrique du Sud et en Pologne, puis directrice d’un Master Professionnel de formation aux métiers de la culture et conseillère artistique du festival Automne en Normandie. Passionnée d’art et de savoirs, observatrice curieuse de la diversité du monde qui l’entoure, elle aime mettre en relation des gens d’horizons divers qui lui semblent avoir des choses à partager : des artistes et un public, des chercheurs et des créateurs, des décideurs et des rêveurs. à la direction du Grand T, elle anime une équipe de 43 personnes bellement engagées dans l’aventure du théâtre durable et citoyen. Elle est administratrice de la Fondation du Crédit Coopératif (économie Sociale et Solidaire) et membre du groupe de réflexion On est un certain nombre (droits culturels), de l’association Dirigeants responsables de l’Ouest (Responsabilité Sociétale des Entreprises), du réseau des Fameuses (parité) et du Haut Comité du Ministère de la Culture pour la diversité.